Écriture

Elisa Ka (Babel)

 



"LES MONOLOGUES DU PHALLUS"


14 Novembre 2019 Il éructe d'orgasmes en ces terres assoiffées et l'effluve de ses miasmes flotte sur les travées
Il s'envase au tempo d'une rengaine itérée puis reprend da capo sa partition usée
Pour finir sa besogne, branlant sur son trépied il s'essouffle, recogne, et s'escrime d'arrache-pied
Quand il arrive à bout de force et d'arguments sans même s'en être absous, il s'incline et se rend
Le présomptueux discours faisant place au silence le Jardin et la Cour retrouvent leur essence
© BaBeL

(élucubration dépoussiérée de 2010)
Source Blog.




Oeuvre de Montserrat Gudiol

"DÉSHÉRENCE"


Elle a semé l'épars comme d'autres prennent racine creusant un sillon qui se ferme à chacun de ses pas Les traces délébiles de son chemin de croix l'ont menée sans détours jusqu'aux portes de l'Inaccessible
Ombre parmi les ombres une tache trop visible à effacer sur les pages blêmes de nos grimoires
Invisible à tous ceux qui ont fui l'imploration de son regard qui accuse Elle s'est cognée aux angles saillants de leurs évidences assassines
Telle une phalène piégée par la lumière, elle s'est abîmée contre des murs d'Indifférence
comme une dernière prière sur l'autel de l'Infamie

© BaBeL


(texte modifié le 29/12/2019)








RELIÉS


Relié par les racines à ses frères de sève
Encore vivant au coeur de l'ultime forêt,
Les hommes l'ont blessé mais toujours il s'élève
Implorant de ses voeux la trêve des couperets
Et des hâches assassines pour retrouver ensemble,
Sans perdre plus de temps, l'odeur du monde..
© Elisa Ka (acrostiche)
Photo Deyan Kossev (The spirit of the forest)



Oeuvre Jarek Kubicki

Elle a mal à ses jours ils ne veulent plus se réveiller

Elle a mal à ses nuits un ciel aveugle figé quand elle ne rêve que d'étoiles

________ même filantes

Un temps suspendu au gibet de l'indifférence et
______ de l'ineffable


© BaBeL ("Le Pendule")



Oeuvre Jarek Kubicki

Elisa Ka
17 janvier, 20:18
Soldes d'hiver...

***

J'ai dans l'eau de mes yeux une vague d'océan
Brisée par les tempêtes et les colères du ciel
Elle charrie avec elle les cris des goélands
Et le chant des sirènes à l'arrière-goût de fiel

J'ai au fond de la gorge un poison lancinant
Qui emperle mes lèvres et rend à mes baisers
La saveur ineffable du fruit gorgé de sang
Où les amants de proie viennent s'y enivrer

J'ai au creux de mes mains tous les sables mouvants
Les déserts et les mers enroulés à mes doigts
Ont tissé une voile où s'engouffrent les vents
Et s'échangent les rêves des mendiants et des rois

© Elisa Ka ("Des-Altérations")





Page Facebook

d'Elisa Ka.



Site

Jarek Kubicki


© 2020 ONESA.ch All rights reserved

ONESA
-2020-